Reparation de toiture Lessines

Une réparation de toit est nécessaire à Lessines ? Confiez-la à notre couvreur !

0485/804 834

Réparation de toiture Lessines

rénovation de toit Lessines

Une fois mise en place, votre toiture à Lessines constitue un ensemble solide et hermétique qui va vous mettre à l’abri de toutes les intempéries. Mais, il arrive qu’elle subisse des dégâts que ce soit à cause d’une chute de branche d’arbre, de la grêle qui s’abat dessus avec violence ou encore du vent qui se déchaîne. Cela entraîne la nécessité de faire uneréfection de toituredans les plus brefs délais. Notre entreprise de couverture à Lessines est en mesure de la réaliser !

Avant toute rénovation de toit, afin de pouvoir établir le devis de réparation de toiture adéquat, notre couvreur commence par examiner votre couverture avec la plus grande minutie afin de repérer tous les défauts qu’elle présente. Pour cela, il commence par se rendre dans les combles pour voir s’il y a des fuites notamment. Puis, si le toit est assez solide, il monte dessus afin de peaufiner son diagnostic. En fonction de ce denier, il détermine toute réparation de toit qu’il doit effectuer.

Pour la réparation de toiture à Lessines contactez-nous :

0485/804 834

Lorsqu’elle est en trop mauvais état, un changement de toiture à Lessines peut être nécessaire. Notre couvreur commencera donc par découvrir l’intégralité de votre toit avant de mettre en place les nouvelles tuiles ou ardoises. Le changement de toiture peut aussi être partiel quand il n’y en a seulement qu’une partie de dégradée comme cela est le cas après certaines catastrophes naturelles comme des tempêtes. Si tel est le cas, notre entreprise de couverture met en place un bâchage d’urgence le temps que votre assureur vienne constater les dégâts et donne son autorisation pour la réalisation des travaux.

La rénovation de toit à Lessines peut aussi concerner le faîtage, c’est-à-dire la ligne de tuiles ou ardoises au sommet de votre toiture qui en relie les deux pans. Elle est indispensable lorsque le faîtage se soulève, qu’il est dégradé avec des tuiles ou des ardoises qui sont cassées ou absentes ou encore quand il est trop ancien pour conserver sa robustesse. Dans tous les cas, notre couvreur sait les actions à mettre en place pour une réparation de faîtage efficace et durable.

La réfection de toiture à Lessines peut aussi concerner les éléments présents sur le toit comme la souche de cheminée, les fenêtres de toit ou encore les panneaux photovoltaïques. Il faut que la jonction entre la toiture et ces éléments soit parfaite. Si tel n’est pas le cas, notre couvreur effectue les travaux de zinguerie nécessaires pour que le joint soit sans défaut. De même, en ce qui concerne la souche de cheminée, il intervient sur toute fissure et peut la refaire entièrement ou partiellement si elle est dégradée.

Notre entreprise de couverture est à votre service pour toute rénovation de toit à Lessines. Ne laissez pas la situation se dégrader avant de demander l’intervention de notre couvreur car cela peut en arriver au point de nécessiter un changement de toiture complet ou partiel. Prenez rendez-vous avec notre couvreur qui vous présentera ses solutions avant d’établir son devis de réparation de toiture.

Voir +

Lessines

Il semblerait qu'elle ait été fondée par les Saxons, refoulés par les troupes romaines après une bataille, vers le Ve siècle. Au début du IXe siècle, dix exploitations agricoles ("manses") de Lessines (de Lietzinis) appartenaient au patrimoine de la mère de saint Guibert (Wichpertus), qui les lui légua, à lui et à son frère Oubaud (Oilboldus). Guibert légua sa part à l'abbaye de Gembloux qu'il venait de fonder en 936, donation entérinée par une charte d'Otton Ier du Saint-Empire de 946[1].

La terre de Lessines, tout comme celle de Flobecq, se trouvait sur la limite du Hainaut et du comté d'Alost et était occupée par le châtelain d'Audenarde. Primitivement, la plus grande partie de ces territoires étaient une dépendance du comté d'Alost, mais il est vraisemblable que la langue romane dont usaient les habitants les avaient rapprochés de leurs voisins du Hainaut. Le châtelain d'Audenarde, au lendemain du jour où Rodolphe de Habsbourg avait prononcé sa sentence contre Gui de Dampierre, s'était empressé de faire hommage au Hainaut (1280)[2]. La cour des barons de Flandre, convoquée par le comte et présidée par son fils Robert, avait affirmé, en 1281, les droits de la Flandre et une série d'enquêtes se suivirent, dont le comte de Hainaut refusa généralement d'accepter les conclusions[3].

Une sentence arbitrale prononcée en 1310 et qui embrassait d'autres points litigieux, relatifs à la Zélande, à la Flandre impériale et au Cambraisis, portait en substance au sujet des « terres de débat » (qui comprenaient Lessines, Bois-de-Lessines, Ogy, Zarlardinge, Everbeek, Acren, Papignies, Isières, Lenseghem, Tongre, Bauffe, les bois de Pottelsberghe et de La Louvière, Flobecq, Ghoy, Wodecq et Ellezelles), que la ville de Lessines et sa châtellenie, le château de Flobecq et son enceinte, les moulins jusqu'au ruisseau venant de Puvinage, les bois de Pottelsberghe et de La Louvière ainsi que l'hommage de Maulde étaient à la Flandre, que la ville de Flobecq appartenait au Hainaut. Enfin, la terre d'Ende devait être partagée suivant cerclemenage. Un premier dictum, prononcé par Robert de Béthune en 1282, avait reconnu qu'en dehors des fossés du château, la ville de Flobecq était un alleu du sire d'Audenarde[4].

Toiture végétale

Une toiture végétale également appelée toiture végétalisée, toit végétalisé, toit vert ou plus scientifiquement PCVH[1] (Paroi Complexe Végétalisée Horizontale) est une toiture aménagée en toit-terrasse ou penthouse appartement, recouverte de végétation, alternative à des matériaux couramment utilisés, comme les tuiles, le bois ou les tôles.

Cette technique existe vraisemblablement depuis le néolithique (12500 à 8000 av. J.-C.). Il consiste à recouvrir d'un substrat végétalisé un toit plat ou à faible pente (jusqu'à 30° et rarement plus, au-delà, on parlera de mur végétalisé ou plus scientifiquement de PCVV[1]).

De nombreuses expériences conduites en Europe (depuis les années 1970 surtout en Allemagne, Pays-Bas, Suisse, pays scandinaves, et depuis peu en Belgique, France, etc.) ont montré que pour des objectifs esthétiques ou de durabilité, comme dans la perspective de restauration ou protection de la biodiversité[2] et de l'Environnement en milieu urbain (en particulier concernant la qualité de l'air et l'atténuation des îlots de chaleur urbaine[Note 1]) l’aménagement d’un toit planté se révélait intéressant[3].

Nos Services


Call Now Button