Remplacement de tuiles Jodoigne

Un changement de tuiles à Jodoigne à réaliser ? Notre couvreur s’en charge !

0485/804 834

Changement de tuiles Jodoigne

Remplacement de tuiles Jodoigne

Une grande partie des toitures est constituée de tuiles car elles présentent l’avantage d’être rigides et résistantes en plus d’être esthétiques. De ce fait, elles vous apportent une bonne protection contre les intempéries. Cependant, il arrive que certaines d’entre elles se dégradent. Il est alors impératif d’effectuer un changement de tuiles rapidement à Jodoigne. Notre entreprise de couverture s’en charge dans les plus brefs délais !

Le changement de tuiles à Jodoigne peut concerner l’ensemble de votre toiture si elles sont usées et qu’il faut toutes les remplacer. Cela arrive aussi en cas de tempêtes ou autres catastrophes naturelles. Dans ce genre de situation, vous allez faire intervenir votre assureur pour la prise en charge des travaux. Notre entreprise de couverture va donc établir un devis de remplacement de tuiles et mettre en place un bâchage d’urgence sur votre toit. Cette bâche déployée sur l’intégralité de la toiture permet de protéger votre toit en attendant que les réparations puissent commencer. Une fois l’accord obtenu de votre assureur, notre couvreur remet votre toit en état.

Pour le remplacement de tuiles à Jodoigne contactez-nous :

0485/804 834

Nous intervenons à Jodoigne pour changer vos tuiles sur toute votre toiture ou une partie de celle-ci selon vos besoins. Dans tous les cas, la méthode utilisée par notre couvreur reste la même. Pour un changement de tuiles dans les règles, il va, à l’aide de cales en bois, soulever les tuiles adjacentes à celle à remplacer pour libérer cette dernière. Si vos tuiles ont été posées avec une pose clouée, Il doit scier le clou. Puis, il va effectuer un mouvement de levier précis et doux pour ne dégrader aucune tuile. Une fois qu’elle est libérée des tenons, il peut la retirer et mettre la nouvelle en place.

À l’inverse, il doit faire en sorte que les tenons s’emboîtent afin qu’elle tienne fermement en place avec les autres pour former un ensemble solide. Mais, il doit aussi la mettre bien en place pour qu’elle s’intègre parfaitement à sa rangée. Pour cela, il faut qu’elle dépasse très légèrement du liteau. Si vos tuiles sont clouées, il clouera également la nouvelle avant de retirer les cales des tuiles voisines.

Notre couvreur à Jodoigne  va procéder ainsi pour chaque tuile cassée ou manquante pour que vous retrouviez un toit parfaitement étanche qui vous met à l’abri des intempéries.

Mais, le remplacement de tuiles à Jodoigne n’est pas la seule compétence de notre professionnel. En effet, il peut aussi procéder au changement d’ardoises naturelles ou éternit en utilisant une autre méthode adaptée à ce matériau. En effet, dans ce cas, il faut retirer les attaches pour libérer l’ardoise. Puis, il cloue le crochet sur la volige qui est entre les deux ardoises d’en dessous. Puis, grâce à un pivotement du crochet, il peut mettre la nouvelle ardoise en place. Il ne lui reste plus alors qu’à remettre les attaches en place.

Pour tout changement de tuiles, d’ardoises, de panneaux de zinc à Jodoigne… notre couvreur a toutes les compétences requises pour mener à bien cette opération. Alors, si vous avez des tuiles défectueuses, contactez-nous pour un devis de remplacement de tuiles !

Voir +

Jodoigne

Jodoigne est située en Moyenne-Belgique, aux confins du Brabant et de la Hesbaye. La ville se trouve à quelque 40 kilomètres au sud-est de Bruxelles, à 60 km au nord-ouest de Liège et 20 km au sud de Louvain. Les villages qui composent l'entité sont : Piétrain, Saint-Jean-Geest, Saint-Remy-Geest, Zetrud-Lumay, Dongelberg, Mélin, Lathuy, Jodoigne-Souveraine et Jauchelette.

Le système gédinien du terrain rhénan est représenté dans toute la vallée de la Gette par son étage inférieur, qui y affleure depuis la route de Wavre-Hannut jusqu'à la limite de Saint-Jean-Geest. Cette bande se compose de quartzite et de phyllade gris-bleuâtre. On nous a signalé, du soufre et de l'argent natif au lieu-dit Cricales. Du schiste ferrugineux et de la pechblende sont signalés à Gobiery. Vers le château de Jodoigne, le quartzite forme des bancs massifs d'un noir bleuâtre à cassure conchoïdale subluisante à peine pailletés qui atteignent plus d'un mètre d'épaisseur, on retrouve ces bancs, sous la chaussée de Tirlemont, jusque la rue de Piétrain. Le limon hesbayen du système diluvien recouvre une grande partie du territoire de Jodoigne.

De nombreux outils en silex furent trouvés aux Blanches Fontaines et le long de la Chaussée de Charleroi. Une hache en silex a été découverte dans la campagne jodoignoise au lieu-dit « Champs des oiseaux ». Cette hache paléolithique est remarquable car le tranchant n'est pas ébréché, marquant peut-être l'apanage d'un chef. (in Jadis - C Havart. Orp-le-Grand / Dalcq jm)

Palais des Tuileries

Le palais des Tuileries est un ancien palais parisien, aujourd'hui détruit, dont la construction commença en 1564 sous l'impulsion de Catherine de Médicis, à l'emplacement occupé auparavant par l'une des trois fabriques de tuiles établies en 1372 à côté de l'hôpital des Quinze-Vingts[1], non loin du vieux Louvre. Agrandi au fil du temps et unifié avec le palais du Louvre en 1860, il disposait d'une immense façade (266 mètres de long pour le palais disparu, et environ 328 mètres si on compte les pavillons de Flore et de Marsan qui subsistent) et il était le point focal du grand axe historique de Paris (perspective en enfilade de l'avenue des Champs-Élysées, la place de la Concorde et du jardin des Tuileries) conçu à partir de ce palais.

Il a été la résidence royale à Paris de nombreux souverains (Henri IV, Louis XIV, Louis XV, Louis XVI mais aussi Louis XVIII, Charles X puis Louis Philippe), et impériale (Napoléon Ier puis Napoléon III). Entretemps il a aussi été le siège de la Première République et du Consulat. Son rôle de siège officiel du pouvoir français fut interrompu par sa destruction par un incendie volontaire[2] le 23 mai 1871, allumé par les communards Jules-Henri-Marius Bergeret, Victor Bénot et Étienne Boudin. Les ruines du palais des Tuileries furent abattues en 1883, les présidents de la Troisième République étant alors installés dans le palais de l’Élysée.

Au XIIIe siècle, l'emplacement du palais était occupé par des terrains vagues et des fabriques de tuiles. Au XIVe siècle, le prévôt de Paris Pierre des Essarts y possédait un logis, dit hôtel des Tuileries, et quarante arpents de terre labourable[3]. Le site se situait en dehors de l'enceinte de Charles V, construite de 1356 à 1383 et dont elle était séparée par un fossé alimenté par la Seine.

Nos Services


Call Now Button