Peinture de toiture Jodoigne

Un coup de peinture sur votre toit est nécessaire ? Notre peintre de toiture à Jodoigne s’en charge !

0485/804 834

peinture de toit Jodoigne

Peinture de toiture Jodoigne

Malgré un entretien de toit régulier, vous constatez que les couleurs de vos tuiles ou ardoises deviennent de plus en plus ternes ? Cela donne à votre maison un aspect triste voire négligé ? Pour y remédier, il n’est pas nécessaire de refaire l’intégralité de votre toit, notre peintre de toiture à Jodoigne va appliquer une peinture dessus qui va raviver les couleurs de votre matériau et redonner ainsi à votre toit son éclat des premiers jours.

Pourrepeindre sa toiture à Jodoigne, il faut avoir une peinture spécifique qui est conçue pour un usage extérieur et qui ait des propriétés adaptées à chaque type de matériau qu’il est possible de rencontrer. Nous disposons ainsi différents types de peinture pour pouvoir effectuer une peinture de toit en métal, une peinture pour ardoises naturelles, une peinture pour ardoises en éternit, une peinture pour tuiles, une peinture pour zinc, une peinture pour tôles, une peinture pour fibrociment et bien d’autres. Nous pouvons ainsi repeindre tous les matériaux de toiture. En fonction de celui-ci, nous établirons le devis de peinture de toiture approprié.

Pour une peinture de toiture à Jodoigne contactez-nous :

0485/804 834

Toutes nos peintures sont résistantes aux UV, à la pluie, à toutes les intempéries et existent en version transparente si vous voulez conserver la couleur d’origine de votre toit mais aussi en de différents coloris si vous désirez en changer. De plus, que ce soit une peinture pour toit en métal, en ardoises, en tuiles, en zinc, en tôles… nous les sélectionnons toutes pour leur qualité. Ainsi, toutes nos peintures de toit sont autonettoyantes. En favorisant un bon écoulement des eaux, elles permettent à celles-ci d’emmener les saletés et poussières sur leur passage ce qui vous permet de garder un toit propre plus longtemps. De même, le fait que l’eau ne stagne pas évite l’apparition des efflorescences des sels minéraux, ces taches blanches disgracieuses mais qui sont aussi à l’origine de la perte de couleur du matériau. Enfin, elles sont toutes imperméables puisqu’elles doivent résister aux intempéries. L’application d’une penture de toit renforce donc l’étanchéité de celui-ci vous évitant les infiltrations d’eau. Et, elles apportent une couche d’isolation phonique et thermique supplémentaire qui vous donnera davantage de confort. Elles ont donc un rôle qui va au-delà de la touche esthétique.

Toutefois, repeindre sa toiture n’est possible que sur un toit propre et en parfait état. C’est pourquoi, notre peintre de toiture à Jodoigne commence par le nettoyer avec minutie afin de retirer toutes les saletés et la végétation. S’il y a des réparations de toiture à Jodoigne à effectuer comme des changements de tuiles ou un faîtage dégradé, il corrigera les problèmes. C’est indispensable pour qu’il puisse appliquer ensuite la peinture et qu’elle adhère parfaitement sur le support. Notre peintre de toiture est rodé à ce type d’exercice et connaît les règles à respecter pour son application pour vous garantir un résultat parfait.

Alors, si vous voulez faire repeindre votre toiture à Jodoigne, prenez contact avec notre entreprise de peinture de toit ! Nous vous remettrons un devis de peinture de toiture gratuit et sans engagement !

Voir +

Jodoigne

Jodoigne est située en Moyenne-Belgique, aux confins du Brabant et de la Hesbaye. La ville se trouve à quelque 40 kilomètres au sud-est de Bruxelles, à 60 km au nord-ouest de Liège et 20 km au sud de Louvain. Les villages qui composent l'entité sont : Piétrain, Saint-Jean-Geest, Saint-Remy-Geest, Zetrud-Lumay, Dongelberg, Mélin, Lathuy, Jodoigne-Souveraine et Jauchelette.

Le système gédinien du terrain rhénan est représenté dans toute la vallée de la Gette par son étage inférieur, qui y affleure depuis la route de Wavre-Hannut jusqu'à la limite de Saint-Jean-Geest. Cette bande se compose de quartzite et de phyllade gris-bleuâtre. On nous a signalé, du soufre et de l'argent natif au lieu-dit Cricales. Du schiste ferrugineux et de la pechblende sont signalés à Gobiery. Vers le château de Jodoigne, le quartzite forme des bancs massifs d'un noir bleuâtre à cassure conchoïdale subluisante à peine pailletés qui atteignent plus d'un mètre d'épaisseur, on retrouve ces bancs, sous la chaussée de Tirlemont, jusque la rue de Piétrain. Le limon hesbayen du système diluvien recouvre une grande partie du territoire de Jodoigne.

De nombreux outils en silex furent trouvés aux Blanches Fontaines et le long de la Chaussée de Charleroi. Une hache en silex a été découverte dans la campagne jodoignoise au lieu-dit « Champs des oiseaux ». Cette hache paléolithique est remarquable car le tranchant n'est pas ébréché, marquant peut-être l'apanage d'un chef. (in Jadis - C Havart. Orp-le-Grand / Dalcq jm)

Toits de Paris

Les toits de Paris sont les toitures caractéristiques de la capitale française. Ce patrimoine architectural emblématique touristique de Paris, est un des thèmes artistiques de prédilection[1] des toiturophiles, artistes, poètes, photographes, peintures, ou cinéastes[2],[3]... Ils font l'objet d'un projet d'inscription au Patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 2014[4].

De nombreuses toitures de monuments de Paris, cathédrales parisiennes, et monuments historiques parisiens sont de véritables chefs-d’œuvre exceptionnels d'architectures, classés aux monuments historiques de Paris, souvent facilement reconnaissables et identifiables de loin, par des longues-vues depuis les points de vue panoramiques, parmi les toitures de zinc et d'ardoises, avec entre autres les tour Eiffel, Cathédrale Notre-Dame de Paris, Panthéon, Hôtel des Invalides, Opéra Garnier, Arc de triomphe de l'Étoile, Musée du Louvre, Musée d'Orsay, Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre, Hôtel de ville de Paris, Palais Bourbon, Palais du Luxembourg, Grand Palais, Institut de France, Sorbonne... De très nombreuses sculptures et statues ornent ses toitures, dont L'Immortalité devançant le Temps, et L’Harmonie triomphant de la Discorde, des toits du Grand Palais...

La tradition de panorama urbain parisien, de couverture en zinc, d'ardoise, de vert-de-gris, et d'alignements typiques de petites cheminées en argile[5], est instaurée au milieu XIXe siècle, par l'empereur Napoléon III, avec la transformations de Paris sous le Second Empire du Baron Haussmann[3]. Les immeubles haussmanniens poussent alors comme des champignons dans le nouveau plan d'urbanisme de la capitale.

Nos Services


Call Now Button