Nettoyage de toiture Jurbise

Un nettoyage de toiture s’impose ? Notre entreprise de couverture à Jurbise le réalise !

0485/804 834

Nettoyage de toiture Jurbise

Demoussage de toiture Jurbise

Au fil des jours et des mois, les saletés et poussières qui virevoltent dans l’air viennent se poser sur votre toiture, de même que les résidus de pollution et la végétation comme les mousses et les lichens. Tout cela fait que votre couverture a alors un aspect négligé qui renvoie une image négative de votre logement. Pour lui redonner tout son éclat, contactez-nous pour un nettoyage de toiture à Jurbise !

Que votre toit soit composé de tuiles, d’ardoises, de zinc, de tôles ou de tout autre matériau, il doit se montrer solide et imperméable en toutes circonstances. Mais, lorsque la végétation s’installe dessus, elle se gorge d’eau et peut alors rendre vos tuiles poreuses et donc favoriser les infiltrations d’eau. Un démoussage de toiture à Jurbise régulier est alors indispensable pour que vos tuiles et ardoises durent dans le temps et offrent une excellente résistance. C’est pourquoi, nous recommandons d’effectuer cet entretien de toit au moins une fois par an.

Pour le nettoyage de toiture à Jurbise contactez-nous :

0485/804 834

Notre couvreur à Jurbise  doit adapter sa méthode de travail en fonction du matériau, de ses propriétés mais aussi de son état. Lorsque cela est possible, il utilise un nettoyeur haute pression. Le jet d’eau est propulsé sur votre toit avec un fort débit. Cela permet de désincruster toutes les saletés. Mais, cette méthode ne convient pas si votre matériau est fragile car la puissance du jet risquerait de le dégrader davantage. Cet appareil n’est pas non plus utilisé sur les tuiles car son action les rend poreuses et donc fragiles.

Dans ce cas, notre couvreur peut effectuer l’entretien de toit avec un nettoyeur basse pression à Jurbise. La puissance du jet est beaucoup moins forte mais la technique reste efficace pour avoir un toit propre. Enfin, si votre matériau est très fragile, il va nettoyer l’intégralité de la surface de votre toit avec une brosse dure et de l’eau.

Quelle que soit la méthode choisie, nous vous garantissons un nettoyage de toit professionnel pour un résultat parfait. Puis, notre couvreur poursuit avec le démoussage de toiture. Il va alors appliquer un produit sur votre toit qui vise à éliminer les éventuels résidus de végétation et empêcher qu’elle ne repousse trop rapidement. L’entretien de toit peut s’arrêter là et nous vous remettrons alors un devis de démoussage de toiture qui comprend ces deux opérations.

Mais, notre entreprise de couverture à Jurbise recommande de terminer par un traitement hydrofuge de toiture. L’application de ce produit imperméabilisant sur votre couverture, qu’il soit filmogène ou à effet perlant, a pour effet de repousser l’eau pour éviter toute infiltration d’eau. De plus, l’eau, en s’écoulant, va emmener les saletés et les poussières, votre toit restera donc propre plus longtemps.

Si vous voulez bénéficier du meilleur entretien de toit, appelez vite notre entreprise de couverture. Nous conviendrons alors d’un rendez-vous avec notre couvreur qui viendra sur place estimer le travail à réaliser puis il vous remettra un devis de nettoyage de toiture à Jurbise. Une fois celui-ci signé, le nettoyage de couverture peut alors commencer !

Voir +

Jurbise

Le château des Viviers est construit au lieu-dit « Le Chêne du Berger » enclavé dans un parc de 24 hectares où se trouvaient des étangs ou viviers (d’où son nom). On situe sa construction au XIXe siècle bien qu’une armoiries avec la mention « 1728 » a été retrouvée dans la bâtisse. Il s’agit d’un château de style éclectique, néo-classique et néo-traditionnel. En 1860, il est la propriété de Pierre De Patoul Comte/ Chevalier[Quoi ?] (faisant partie de la noblesse belge). De 1898 à 2000, il appartient à la famille de la Barre d’Erquelinnes - Obert de Thieusies[4]. Durant cette période, Henri de La Barre d’Erquelinnes a construit une chapelle et deux sœurs de Masnuy ont construit une petite école pour les enfants de la région car il n’y avait pas d’établissement scolaire à proximité. En 1909, le Prince Albert, futur Roi des Belges, y loge avec son épouse lors d’exercices sur le camp militaire de Casteau.

En 2004, après quelques années d’abandon, il est racheté par Madame Gillion-Snickers qui le rénove. En 2016, Madame Gillion-Snickers est la propriétaire du château. Dans le domaine, on trouve un potager organisé dans le respect des croyances chrétiennes médiévales, avec des symboles du jardin d’Eden. Au fond de ce potager se trouve l’orangerie qui, après rénovations, est devenue un musée de poupées[5] (en cire, en tissus, en papier, etc.) où est exposée la collection personnelle de Madame Gillion-Snickers. Les bâtiments composant les anciennes écuries ont été transformés en garage et en conciergerie. Des outils agricoles d’antan y sont conservés et exposés. En 2016, il s’agit de l’école des Bruyères et, tous les dimanches, un office religieux est donné dans la chapelle. Dans cette chapelle, on retrouve des obiits (blasons mortuaires) de différentes familles et notamment de la famille de la Barre d’Erquelinnes. En 2016, le château est une propriété privée et non-accessible au public.

A l’origine, en 1858, il comporte un bâtiment agricole et une petite maison qui appartient à Monsieur Behault de Ghlin. Le domaine est situé sur un ensemble de champs dénommé « Couture du Moustier ».

Toiture végétale

Une toiture végétale également appelée toiture végétalisée, toit végétalisé, toit vert ou plus scientifiquement PCVH[1] (Paroi Complexe Végétalisée Horizontale) est une toiture aménagée en toit-terrasse ou penthouse appartement, recouverte de végétation, alternative à des matériaux couramment utilisés, comme les tuiles, le bois ou les tôles.

Cette technique existe vraisemblablement depuis le néolithique (12500 à 8000 av. J.-C.). Il consiste à recouvrir d'un substrat végétalisé un toit plat ou à faible pente (jusqu'à 30° et rarement plus, au-delà, on parlera de mur végétalisé ou plus scientifiquement de PCVV[1]).

De nombreuses expériences conduites en Europe (depuis les années 1970 surtout en Allemagne, Pays-Bas, Suisse, pays scandinaves, et depuis peu en Belgique, France, etc.) ont montré que pour des objectifs esthétiques ou de durabilité, comme dans la perspective de restauration ou protection de la biodiversité[2] et de l'Environnement en milieu urbain (en particulier concernant la qualité de l'air et l'atténuation des îlots de chaleur urbaine[Note 1]) l’aménagement d’un toit planté se révélait intéressant[3].

Nos Services


Call Now Button