Isolation des combles Jurbise

L’isolation de votre maison fait défaut ? Appelez notre entreprise à Jurbise !

0485/804 834

isolation de combles Jurbise

isolation de combles Jurbise

Pour améliorer votre confort et vous permettre de réaliser des économies d’énergie, le premier poste de dépense à envisager est l’isolation de combles à Jurbise. En effet, que vous ayez des combles aménageables ou perdus, c’est par là que se produisent un tiers des déperditions de chaleur. Notre couvreur réalise l’isolation thermique des combles pour y mettre fin.

Il est possible d’isoler des combles perdus ou aménagés à Jurbise. En effet, notre couvreur connaît plusieurs méthodes d’isolation de toiture afin de pouvoir s’adapter à toutes les situations et répondre à toutes les demandes en apportant une solution efficace.

Ainsi, en ce qui concerne l’isolation des combles aménageablesà Jurbise, c’est-à-dire ceux dans lesquels vous allez créer une ou plusieurs pièces, il peut réaliser une isolation des combles par l’intérieur. Notre entreprise de couverture recommande cette technique sur les bâtiments déjà existants car elle impose moins de travaux que lors d’une isolation des combles par l’extérieur car lors d’une isolation des combles par l’intérieur, notre couvreur va fixer des panneaux d’isolant sous la toiture de façon à bien l’isoler et que la chaleur ne s’échappe plus.

Pour l’isolation de vos combles à Jurbise contactez-nous :

0485/804 834

Si vous êtes dans le cadre d’un bâtiment en construction ou que vous entamez des travaux de rénovation à Jurbise qui touchent les façades, nous préconisons alors l’isolation des combles par l’extérieur qui est aussi dite isolation par sarking. Cette technique consiste à créer un manteau d’isolant tout autour des murs de votre maison. Cela permet de réduire les ponts thermiques car l’isolant est collé directement sur les façades. L’isolation par sarking est d’une grande efficacité.

Si vous souhaitez faire une isolation des combles aménageables à Jurbise, contactez-nous afin que nous nous rendions sur place puis que nous établissions un devis d’isolation des combles.

Par ailleurs, nous attirons votre attention sur le fait que même si vos combles ne sont pas aménageables, il est tout aussi important de bien isoler les combles à Jurbise.

L’isolation des combles perdus peut se faire en fixant des rouleaux d’isolant sous la charpente. Mais, cela impose de pouvoir avoir accès à vos combles et de pouvoir circuler à l’intérieur. Il peut aussi procéder à l’isolation thermique des combles en répandant de l’isolant en vrac sur le sol à l’aide d’un râteau pour obtenir une couche continue et homogène. S’il ne peut pas s’introduire dans vos combles, notre entreprise procède à une isolation des combles perdus par soufflage.

Dans ce cas, notre couvreur à Jurbise démonte une partie du toit afin d’introduire une souffleuse mécanique à l’intérieur. Elle répand l’isolant en vrac partout sur le plancher y compris dans les recoins.

Si vous voulez faire une isolation de combles perdus à Jurbise, n’hésitez pas à contacter notre entreprise de couverture, nous établirons un devis d’isolation des combles.

Enfin, pour toute isolation de toiture, nous utilisons différents types d’isolants qu’ils soient minérales ou écologiques. Notre couvreur saura vous recommander l’isolant adapté à vos attentes et à la qualité attendue. Alors pour faire isoler des combles et obtenir un devis d’isolation des combles, appelez-nous vite !

Voir +

Jurbise

Le château des Viviers est construit au lieu-dit « Le Chêne du Berger » enclavé dans un parc de 24 hectares où se trouvaient des étangs ou viviers (d’où son nom). On situe sa construction au XIXe siècle bien qu’une armoiries avec la mention « 1728 » a été retrouvée dans la bâtisse. Il s’agit d’un château de style éclectique, néo-classique et néo-traditionnel. En 1860, il est la propriété de Pierre De Patoul Comte/ Chevalier[Quoi ?] (faisant partie de la noblesse belge). De 1898 à 2000, il appartient à la famille de la Barre d’Erquelinnes - Obert de Thieusies[4]. Durant cette période, Henri de La Barre d’Erquelinnes a construit une chapelle et deux sœurs de Masnuy ont construit une petite école pour les enfants de la région car il n’y avait pas d’établissement scolaire à proximité. En 1909, le Prince Albert, futur Roi des Belges, y loge avec son épouse lors d’exercices sur le camp militaire de Casteau.

En 2004, après quelques années d’abandon, il est racheté par Madame Gillion-Snickers qui le rénove. En 2016, Madame Gillion-Snickers est la propriétaire du château. Dans le domaine, on trouve un potager organisé dans le respect des croyances chrétiennes médiévales, avec des symboles du jardin d’Eden. Au fond de ce potager se trouve l’orangerie qui, après rénovations, est devenue un musée de poupées[5] (en cire, en tissus, en papier, etc.) où est exposée la collection personnelle de Madame Gillion-Snickers. Les bâtiments composant les anciennes écuries ont été transformés en garage et en conciergerie. Des outils agricoles d’antan y sont conservés et exposés. En 2016, il s’agit de l’école des Bruyères et, tous les dimanches, un office religieux est donné dans la chapelle. Dans cette chapelle, on retrouve des obiits (blasons mortuaires) de différentes familles et notamment de la famille de la Barre d’Erquelinnes. En 2016, le château est une propriété privée et non-accessible au public.

A l’origine, en 1858, il comporte un bâtiment agricole et une petite maison qui appartient à Monsieur Behault de Ghlin. Le domaine est situé sur un ensemble de champs dénommé « Couture du Moustier ».

Comble (architecture)

Un comble est l'ensemble constitué par la charpente et la couverture. Il désigne par extension l'espace situé sous la toiture, volume intérieur délimité par les versants de toiture et le dernier plancher. On utilise couramment le terme au pluriel, les combles, pour désigner un tel espace, qu'il soit aménagé ou non.

En l'absence de sous-toiture, les couvertures n'étaient pas suffisamment étanches pour garantir une ambiance sèche propice à l'habitation ni à la conservation des objets. Un traducteur de Vitruve habille le plancher du comble d'un enduit de terre grasse pour préserver les pièces d'habitation de l'humidité, d'après lui la fonction primitive du comble[1]. Le comble était donc sacrifié à une fonction purement technique. Les combles n’étaient pas habités ni ne servaient de grenier ; le toit avait comme principale fonction de protéger les pièces d'habitation des intempéries.

Les combles dégagés ont pu servir de débarras des maisons, ou de lieu d'étendage dans les immeubles en ville. Cet espace tampon entre l’extérieur et l’habitation était ventilé et permettait de garantir une excellente protection contre l’humidité des pièces d'habitation. Il a pu servir de stockage du foin dans les constructions rurales, et pour éviter que le foin ne s'enflamme spontanément, il a dû être abondamment ventilé au moyen de fenêtres et de lucarnes. Le plancher épais des combles a pu servir d'isolation thermique et, lorsqu'il était hourdé en plâtre, de pare-feu en cas d’incendie.

Nos Services


Call Now Button